• Vallée des morts, vallée des vivants

    Vallée des morts, vallée des vivants

    Vallée des morts, vallée des vivants

    Photographie aérienne R.Tourret 2011

       Vallée des morts, vallée des vivants

      Dans la vallée de l'Eure, vers St Georges, la prospection aérienne permet de révéler de nombreuses traces se superposant. Une quinzaine de marques circulaires sont dispersées dans le champ en bordure de rivière. De tout temps, les cultivateurs ont repéré ces anneaux au niveau desquels la végétation présente une croissance plus rapide. De nombreuses légendes rattachaient ce phénomène à des rondes de fées ou à la danse du sabbat. Des fouilles ont permis de montrer qu'il s'agissait en fait de fossés circulaires entourant des sépultures datant de l'âge du bronze ou de l'âge du fer. Les fossés, remplis de terre riche en matière organique et retenant l'humidité, favorisent la croissance des graminées, révélant ainsi, chaque printemps, la présence de ces modestes monuments. Particulièrement nombreuses dans les vallées de l'Eure et du Loir, ces sépultures témoignent de l'occupation de ces zones géographiques par les hommes de la protohistoire, période de près de 20 siècles entre préhistoire et antiquité. En absence de fouille, il est impossible de préciser la datation de ces tombes. L'aspect de ces monuments funéraires est également hypothétique. La forme la plus évoquée est celle d'un tertre central formé par la terre fournie par le creusement du fossé circulaire. Parfois comme on peut le noter sur un des enclos de St George-sur-Eure, le fossé présente un doublement à l'intérieur. Les fouilles d'enclos circulaires, dans d'autres départements, ont révélé la présence d'urnes à incinération contenant les cendres des défunts ou d'ossements résultants d'une inhumation, associés à un mobilier assez pauvre. Parfois, comme à Bucy-le-long dans l'Aisne, ces tertres présentent des traces de réutilisation à différentes époques.

    Vallée des morts, vallée des vivants

     D'autres traces de fossés rectilignes sont visibles sur le site. Certaines d'entre-elles forment des quadrilatères caractéristiques des enclos qui entouraient les exploitations agricoles de la période gauloise (La Tène finale). Les fermes de l'époque sont des habitations sur poteaux avec des murs édifiés en torchis.

    On peut donc conclure à une occupation de longue durée de ce site en bordure de rivière pendant la période protohistorique.

     

    « LAVRVS de MignèresBracelet du Néolithique ancien »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :